Press Release

Suspect de Crimes Contre l’Humanité Arrêté en France

Un Ancien Commandant Rebelle Arrêté en France Pour des Crimes Contre l’Humanité Présumés Commis au Libéria.

Kunti K. a été arrêté en France cette semaine, pour son implication présumée dans des crimes contre l’humanité commis durant la première guerre civile (1989-1996), alors qu’il était l’un des commandants du United Liberation Movement of Liberia for Democracy (ULIMO).

La faction rebelle ULIMO, qui s’est battue contre le National Patriotic Front of Liberia (NPFL) mené par Charles Taylor durant la première guerre civile est responsable selon la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) de plus de 11'500 violations.

Cette arrestation est une première en France pour un commandant ULIMO.

Civitas Maxima travaille depuis 2012 avec le Global Justice and Research Project (GJRP) basé à Monrovia pour documenter les crimes commis pendant les guerres civiles et trouver des moyens d’obtenir justice pour les victimes de ces crimes. Civitas Maxima et le GJRP ont assisté plusieurs autorités de poursuites pénales ce qui a amené à 6 arrestations dans 5 pays différents pour des crimes liés aux guerres civiles libériennes.

Civitas Maxima a déposé une plainte en juillet 2018 à l’encontre de Kunti K. pour la commission présumée, et sa responsabilité en tant que commandant de plusieurs crimes contre l’humanité. "Ce qu’ont accompli Civitas Maxima et le Global Justice and Research Project est sans précédent pour une organisation non gouvernementale"a déclaré Hassan Bility, Directeur du GJRP à Monrovia, Libéria.Ces nombreuses arrestations démontre que ces procédures pénales nationales fonctionnent et forcent les responsables de crimes contre l’humanité rendre comptes de leurs actes devant les tribunaux».

Les victimes de ces crimes internationaux ne resteront pas silencieuses, elles se battent pour que les souffrances qu’elles ont endurées soient reconnues en justice. Nous nous tenons aux côtés des victimes et les soutenons afin qu’elles puissent obtenir justice où là où le dispositif légal existe afin que ces anciens commandants comme Kunti K. soient tenus responsables des atrocités qui leurs sont reprochées"a déclaré Alain Werner, Directeur de Civitas Maxima.

A ce jour, le Libéria n’a rien entrepris pour poursuivre les responsables des crimes commis durant les deux guerres civiles successives, qui ont causé la mort de plus de 150'000 personnes, principalement des civils. L’arrestation de Kunti K. intervient alors que l’élan en faveur de la justice au Libéria n’a jamais été si fort.

Hassan Bility a affirmé:"Cette arrestation arrive à point nommé. Au Libéria, la population civile garde espoir que les hauts-commandants des factions armées, ceux qui sont rendus coupables des crimes les plus violents, seront tenus pour responsables. L’arrestation de Kunti K. et les arrestations antérieures démontrent qu’il est possible d’obtenir justice pour les crimes commis durant les guerres civiles. Nous appelons dès lors le Parlement Libérien à prendre des mesures visant à voter une loi permettant l'établissement d'un tribunal pour les crimes de guerre qui traitera des violations du droit international humanitaire remontant à la période de la guerre civile.”

Chaque nouvelle arrestation à l’étranger renforce un peu plus l’intensité du mouvement mené par la société civile libérienne appelant à ce que les auteurs des crimes haineux commis durant les guerres civiles libériennes soient poursuivis sur le sol libérien"a ajouté Alain Werner.

Un commentaire sur « Suspect of Crimes Against Humanity Arrested in France »

Laisser un commentaire