Une délégation judiciaire française a enquêté au Libéria

Les autorités françaises et libériennes ont collaboré au printemps 2019 sur une mission d’enquête ayant trait à la procédure ouverte en France suite à l' arrestationen septembre 2018 de Kunti K. pour des actes commis au cours de la première guerre civile au Libéria entre 1989 et 1996. Cette mission a nécessité d’importants moyens logistiques et s’est déroulée dans le comté du Lofa, au nord-ouest du Libéria.

C’est la toute première fois depuis la fin de la guerre civile au Libéria en 2003 que les autorités libériennes, aux côtés d’autorités étrangères, procèdent à des reconstitutions de scènes de crimes contre l’humanité et de torture sur les lieux mêmes de leur commission, en présence notamment du Juge d’instruction, du Parquet, de la défense et des parties civiles. Tout au long de cette mission de près d’une semaine, la collaboration des autorités libériennes a été exemplaire.

Civitas Maxima et le Global Justice and Research Project se félicitent vivement de la qualité du travail effectué par les autorités françaises et libériennes et saluent leur dévouement à respecter leurs obligations internationales respectives. Civitas Maxima et le GJRP voient en ces développements un pas important en faveur de la lutte contre l’impunité pour les crimes ayant eu lieu durant les deux guerres civiles au Libéria.

Civitas Maxima et le Global Justice and Research Project collaborent depuis 2012 et représentent ensemble des centaines de victimes des deux guerres civiles ayant fait plus de 250 000 morts entre 1989 et 2003. Civitas Maxima, représenté par Me Simon Foreman, participe en qualité de partie civile et aux côtés de victimes libériennes à la procédure ouverte contre Kunti K., à Paris.

3 thoughts on “The French judicial authorities have investigated in Liberia

Laisser un commentaire