Les Finlandais font la preuve de leur engagement aux côtés des victimes contre l'impunité

Le Liberia a été le théâtre d'une guerre civile qui a duré de 1989 et a 2003, par intermittence avec une période pacifique entre 1997 et 1999. Cette guerre a été en partie la cause de la crise en Sierra Leone. Mais le discours contre l'impunité et en soutien aux victimes n'a pas été aussi fructueux au Liberia qu'en Sierra Leone. Jusqu'à ce jour, les personnes impliquées dans les crimes perpétrés au Liberia n'ont pas été poursuivies, ni sur le plan national ni celui international. 

Depuis quelques années, la société civile s'est mobilisée pour mettre fin à une telle sclérose. Il y a des procédures en cours en Suisse, en France, et aux États-Unis. Il y a déjà eu deux condamnations aux États-Unis pour fraude à l'immigration en tenant compte des crimes de guerre commis par l'accusé au Liberia. Aujourd'hui la Finlande mène ce combat à un autre niveau qu'il faut saluer.

D'une part la Finlande a engagé une procédure pour la responsabilité pénale individuelle d'un citoyen Sierra-léonais dans des crimes commis entre autres au Liberia. Parfait exemple de la compétence universelle à l'œuvre.

D'autre part la justice finlandaise va se déplacer pour des auditions aussi bien en Sierra Leone qu'au Liberia. La toute première procédure pénale qui va prendre place dans la société directement affectée par les crimes commis au Liberia.

D'autre part la justice finlandaise va se déplacer pour des auditions aussi bien en Sierra Leone qu'au Liberia. La toute première procédure pénale qui va prendre place dans la société directement affectée par les crimes commis au Liberia. Que pouvaient espérer de mieux les victimes ? Rien. La Finlande offre là une leçon majeure de l'état de droit où la justice fonctionne au service de la société même élargie à l'international. Ce procès est une aubaine et, pour l'Africain que je suis, j'ose encore espérer que les États Africains vont en tirer les conséquences qui s'imposent.

La mise en œuvre de la responsabilité de Habré a été un exercice partiel : il faut tenir la promesse de l'indemnisation des victimes et étendre l'expérience à d'autres contextes de crimes internationaux. La Finlande a montré la voie pour le Liberia, l'Afrique et le Liberia même devraient prendre leur responsabilité. Mieux vaut tard que jamais. De plus la coopération de la Sierra Leone et du Liberia pour le bon déroulement de cette procédure sera aussi un signe salutaire pour les victimes et une opportunité pour les politiciens locaux de faire le bon choix d'une alliance morale aux côtés des victimes.

J'ose espérer que nous tirerons toutes les leçons de ce développement unique et constructif pour l'état de droit et la lutte effective contre l'impunité.

Laisser un commentaire