26/03/21 (Liberia) Vingt-et-unième jour : Audition des témoins n°36, 37 et 38

La vingt-et-unième journée d'audience publique a repris le 26 mars 2021 à Monrovia, Liberia.

Audition du témoin n°36

(Identification assignée par le tribunal finlandais: Soldat 28)

La Défense interroge le témoin n°36

Le témoin a commencé par déclarer qu'il était soldat pendant la guerre civile de 1999 à 2000. Il faisait partie du personnel de l'ATU et a été formé à Gbatala (comté de Bong) ; de là, il a été envoyé dans le comté de Lofa à la fin de 1999. Son commandant était [FNM-126]. La troupe dans laquelle il se trouvait était un groupe de soldats mixtes, des soldats libériens et des combattants du RUF qui sont venus s'entraîner avec eux. Des troupes sont venues les aider depuis la Sierra Leone au début de l'année 2000 ; leur commandant était Sam Bockarie. Il y avait beaucoup de commandants, mais c'est Sam Bockarie qui commandait. Lorsqu'on lui a demandé s'il se souvenait des noms des autres commandants, le témoin a répondu qu'il se souvenait d'Issa Sesay, de Johnny Paul Koroma et de [FNM-161]. Plus tard au cours de l'audience, le témoin a déclaré qu'il se souvenait également du nom de Superman.

Interrogé par la Défense, le témoin a reconnu qu'il se souvenait effectivement d'un certain Massaquoi. Il a fait une pause pendant un moment, essayant de se rappeler son nom complet : incertain, il a dit que cela aurait pu être « Jumbeh ». Le témoin a également ajouté que le nom de guerre de Massaquoi était « Ange Michael ». Il l'a décrit comme un homme mince originaire de Sierra Leone, qui parlait mende. Plus tard, la Défense a posé des questions sur l'anglais de Massaquoi, et le témoin a répondu qu'il ne parlait pas très bien l'anglais, qu'il a comparé au krio. Il a ajouté que Massaquoi avait un interprète. La Défense a demandé si le témoin savait ce qui était arrivé à Sam Bockarie pendant la guerre. À cela, le témoin a répondu que Sam Bockarie était avec eux pendant la guerre et qu'après avoir arrêté des troupes indiennes en Sierra Leone, ils n'avaient pas assez d'armes et avaient donc désarmé les soldats indiens. Bockarie a ensuite envoyé les armes et les personnes au Libéria. Interrogé sur ce sujet, le témoin a déclaré que Sam Bockarie n'était pas vivant ; selon lui, il était mort au Libéria« à 5 heures du soir », mais il ne se souvient pas de la date. Il a déclaré qu'avant de mourir, il avait déployé plusieurs commandants dans différentes zones de Lofa. 

Le témoin a déclaré que Sam Bockarie avait été tué par Benjamin Yeaten, leur général. Selon lui, Bockarie avait été tué« parce que la plupart des commandants qu'il avait déployés faisaient du mal aux Libériens». Ils ont transporté son corps à Monrovia par un hélicoptère militaire, où il a été embaumé et conservé. [FNM-127] était l'un des généraux qui se trouvait à bord de l'hélicoptère qui a transporté le corps. Le témoin a déclaré qu'il le savait parce qu'il était affecté à l'ATU, et que tout ce qui concernait le pays était connu. Il n'a pas été impliqué dans le transport du corps, il ne l'a vu que lorsqu'ils ont amené le corps devant « le Président ». Seuls les soldats de l'ATU étaient présents à cette occasion, la plupart des soldats sierra-léonais était affectée à « 50 », et ne voulait pas voir le corps. La Défense a ensuite demandé si le témoin se souvenait de quelqu'un appelé « Second Dieu ». Le témoin a répondu qu'il y avait quelqu'un qui utilisait ce nom, mais il était mort avec Johnny Paul Koroma. 

The Defense asked the Witness how the Finnish police got in touch with him. The Witness replied that a man named [Soldier 07], who was one of the commanders in Lofa, told him that some people wanted to come and speak with them. [Soldier 07] was the first who spoke with them, and gave the Witness’s number to the Finnish Police. The Witness was contacted a few weeks later, but he could not understand their English. [Soldier 07], who had their number, arranged for the Witness to meet them at a hotel. When he went, he met two police officers who asked him why Sam Bockarie was killed. The Witness then told them that one of the commanders assigned in Lofa, Jumbeh, était très méchant. Ils voulaient le tuer « pour la même raison qu'ils avaient tué Johnny Paul Koroma ». Selon le témoin, Jumbeh Massaquoi avait commis un massacre à Kamatahun, après quoi le témoin avait été envoyé pour l'arrêter, mais il s’était échappé. Certains soldats sierra-léonais ont ensuite été arrêtés par [FNM-126]] et remis à « 50 » - il ne sait pas ce qu'il est advenu de ces soldats. Se référant à une déclaration antérieure du témoin, la Défense lui a demandé s'il avait dit à la police finlandaise que « Gibril Massaquoi » avait tué des gens à Kamatahun, ce à quoi le témoin a répondu par l'affirmative.

Lorsqu'il lui a été demandé si le nom de l’[employé 1] lui rappelait quelque chose, le témoin a répondu qu'il connaissait le nom, mais qu'il n'avait pas vu la personne. La Défense a ensuite demandé si [l’employé 1] avait mené une enquête à Lofa, ce à quoi le témoin a répondu qu'il y était en 2000 et 2001 et qu'il ne l'avait pas vu.

L'Accusation interroge le témoin n°36

L'Accusation a demandé au témoin s'il se souvenait d'autres noms pour désigner Massaquoi que celui d'Ange Michael. Le témoin a répondu qu'à part Jumbeh Massaquoi, c'était tout. L'Accusation s’est ensuite référée à une section du résumé de la police finlandaise :« parce que les Libériens l'appelaient Jumbeh Massaquoi, c'est là qu'il a commencé à se faire appeler Ange Gabriel». Le témoin a expliqué qu'il n'a jamais voulu que les gens l'appellent par son vrai nom, et qu'il avait donc utilisé le nom de guerre Ange Gabriel. Le témoin a déclaré que Massaquoi était un commandant au Libéria, un colonel, et qu'« il avait des hommes». Après l'attaque du LURD, ils ont combattu pendant trois mois. Décrivant l'apparence de Massaquoi en tant que soldat, le témoin s'est souvenu qu'il était bien habillé, portait un pistolet sur le côté et avait un fusil. Il portait différents uniformes, tant sierra-léonais que libériens. 

À Lofa, le témoin était à Kolahun. De là, ils ont été envoyés à Masambolahun. Ils sont également allés à Mbabahun, Nyangolahun et dans de nombreuses autres villes. Il y avait une grande ville sur la route principale appelée Vezala qui était la ville de combat pour tous : quand ils avaient fini de se battre, ils y retournaient. Massaquoi était avec eux quand ils étaient dans ces villes. Quand ils attaquaient les villes, ils emmenaient les civils et les laissaient avec les autres habitants de la ville. Lorsqu'on lui a demandé si Massaquoi était toujours à Lofa ou s'il allait ailleurs, le témoin a répondu qu'il ne restait pas toujours à Lofa. Charles Taylor a fait venir ces hommes à Monrovia et il a envoyé Sam Bockarie à « 12 Houses » . Le témoin a souligné que Massaquoi avait également été amené à Monrovia et qu'il vivait derrière Kiss FM. Le témoin a expliqué que lorsqu'une personne reste longtemps sur le front, par exemple pendant trois mois, elle est amenée en ville pour se reposer, parfois pendant deux semaines. Lorsque Massaquoi se rendait à Monrovia, il conduisait un camionnette Nissan Hardbody qui lui avait été donnée. Le témoin a ajouté que Massaquoi se déplaçait également en hélicoptère car le LURD avait commencé à tendre des embuscades à leur convoi à plusieurs reprises.

L'Accusation a interrogé le témoin sur l'année qu'il avait passée avec Massaquoi à Kolahun. Le témoin a déclaré que c'était entre fin 2000 et 2001, précisant que c'était l'époque où il avait commis les « atrocités » et où ils le recherchaient. Ils étaient basés à Kamatahun à l'époque, qui n'est pas proche de Foya. Le témoin a déclaré qu'après l'évasion de Massaquoi, il ne savait pas où il était allé, ni s'il était allé à Monrovia, en Sierra Leone ou en Guinée. La dernière fois qu'il avait vu Massaquoi, c'était à la fin de 2001 dans un camp de combat à Vezala, mais il n'était pas sûr du mois.

La Défense interroge le témoin n°36 à nouveau 

La Défense a demandé au témoin comment il avait entendu le nom « Gabriel » puisque le témoin avait dit « Jumbeh Massaquoi » lors de l’audience. Il a répondu qu'il s'était trompé parce que beaucoup d'années s'étaient écoulées - cependant, il avait utilisé le nom « Gabriel » lors de son entretien avec la police. La Défense a rétorqué que le nom « Gabriel » n'avait pas été mentionné au cours de l’audition par la police, mais que le témoin était certain d'avoir dit « Gabriel Massaquoi », qu'il avait également décrit. Selon le témoin, Massaquoi avait changé de nom parce qu'il ne voulait pas que les gens l'appellent par son vrai nom. Sam Bockarie a également changé son nom par « Mosquito ». La Défense, insistant sur la mention de Jumbeh, a interrogé le témoin sur l'origine de ce nom. Le témoin a attribué cette origine au fait que la police l'avait mal entendu, mais la Défense a rappelé au témoin qu'il avait mentionné Jumbeh plus tôt au cours de l’audience. Le trente-sixième témoin a répondu qu'il avait utilisé Jumbeh parce qu'il ne se souvenait pas de ce nom au départ, mais « en parlant, je me suis rappelé du nom ». Il a ensuite affirmé que l’Ange Gabriel s'appelait ainsi,« personne ne lui a donné ce nom". 

Selon le témoin, Massaquoi n'était pas présent lorsque le corps de Sam Bockarie avait été transporté à Monrovia, car « Jumbeh » était en fuite. La Défense a souligné l'incohérence de cette déclaration, affirmant que le témoin avait dit à la police qu'il était avec Massaquoi lorsque le corps de Sam Bockarie avait été transporté. Le témoin a répondu qu'il s'agissait d'une erreur, qu'il avait seulement dit à la police qu'il était à Monrovia pour recevoir le corps et le porter au Président. Le témoin a également expliqué qu'au cours de son séjour de 4-5 mois à Voinjama, Charles Taylor avait découvert que l'ONU recherchait Bockarie. Craignant que Bockarie ne révèle ses secrets, Taylor avait dit à Benjamin Yeaten qu'il espérait que l'ONU ne trouverait pas Bockarie.

La Cour a ensuite diffusé un enregistrement. On entend le témoin dire à la police que Charles Taylor avait dit à Benjamin Yeaten de se débarrasser de Bockarie pour que l'ONU ne le trouve pas. Le témoin a également mentionné que comme ils ne pouvaient pas tuer tous les hommes, Taylor avait donc ordonné à Jumbeh et Issa Sesay d'amener les autres hommes à Kolahun. Le témoin a également déclaré à la police que Benjamin Yeaten avait ordonné de tuer Sam Bockarie car il était «le général quatre étoiles pour nous, il contrôlait tout le pays». Le témoin a également décrit comment Sam Bockarie avait été tué. L'enregistrement a continué à décrire les derniers moments de la vie de Bockarie, et comment le témoin était avec Issa Sesay et Jumbeh lorsque l'hélicoptère était arrivé et qu'ils avaient porté le corps au funérarium.

Après l'enregistrement, la Défense a interrogé le témoin sur ses déclarations concernant le transport du corps de Sam Bockarie. Le témoin a confirmé que ce qui est dit dans l'enregistrement s'est produit, mais que seul Issa Sesay était présent, Jumbeh étant en fuite. Selon le témoin, lorsque Sesay avait transporté le corps en Sierra Leone, «il a été arrêté, envoyé devant la cour pénale du Rwanda, il y est resté et est mort». Le témoin a affirmé que Bockarie était mort en 2001. Un autre enregistrement a été diffusé, dans lequel on entend le témoin dire que « Jubli » , en tant que « gars » en charge de l'opération , avait été chargé de « prendre d'autres gars et de les emmener à Kolahun ». Dans l'enregistrement, le témoin dit que les troupes avait été divisées, Jubli Massaquoi avec Second God, et Sesay avec d'autres personnes, et qu'elles s’étaient rendues à Kortohun. Une fois sur place, « ils ont décidé de forcer les civils à creuser des diamants pour eux ». 

Une fois l'enregistrement arrêté, le témoin a précisé que Jubli avait été envoyé à Kortohun par M. Taylor, mais que le rôle du témoin et celui de Jubli étaient différents. Il a ajouté que la base de Jubli était Kolahun. 

The Defense then focused on how the Witness got into contact with the police. The Witness reiterated that it was through [Soldier 07]. They had known each other before the war, and during the war they fought together before [Soldier 07] was sent to Foya. [Soldier 07] gave him the number of the people involved and directed him there. The Witness arrived the night before the hearing; however, [Soldier 07] was not waiting for him at the venue.

Audition du témoin n°37

(Identification assignée par le tribunal finlandais: Soldier 09)

La Défense interroge le témoin n°37 

Le témoin a commencé par déclarer qu'il avait pris part à la guerre civile libérienne de 1999 à 2003 en tant que membre de l'ATU, la force de garde présidentielle. Il a ajouté qu'il s'était rendu dans le comté de Lofa, à Bomi, au Sud du Libéria et à Grand Gedeh en tant que soldat. 

Interrogé sur la mort de Sam Bockarie, le témoin a déclaré que Bockarie avait été envoyé du Libéria en Côte d'Ivoire, et a indiqué qu'il était recherché et qu'il avait commencé à se cacher dans une caravane. Il a expliqué que Sam Bockarie avait été envoyé à Troplay, en Côte d'Ivoire, via l'autoroute de San Pedro, auprès d'un commandant du nom de [FNM-128]. Le témoin a précisé que Sam Bockarie était un étranger en Côte d'Ivoire et qu'il était resté à Troplay pendant un mois avant que la BBC ne révèle qu'il se trouvait en Côte d'Ivoire. Après la révélation de son emplacement, il a ordonné à la moitié des soldats du RUF - qui se battaient avec les forces gouvernementales - de venir le voir. Après l'arrivée des soldats, Sam Bockarie et [FNM-128] sont entrés en conflit, et [FNM-128] a été tué alors qu'il tentait d'arrêter Bockarie. Le témoin a décrit les soldats arrivés en Côte d'Ivoire comme étant des mercenaires, et a déclaré qu'après la mort de [FNM-128], les mercenaires étaient entrés en conflit avec les forces révolutionnaires. Il a précisé que les soldats révolutionnaires pensaient que les mercenaires n'étaient pas venus pour les aider parce qu'ils venaient de tuer leur chef. Le témoin a décrit la présence de trois commandants à ce moment-là : Sam Bockarie pour le RUF, [FNM-128] pour les Ivoiriens et [FNM-129] pour les forces de l'ATU. 

Alors que ce conflit se déroulait, Benjamin Yeaten, qui était le commandant de la sécurité spéciale, a envoyé un message demandant pourquoi ils perdaient du territoire. Yeaten a également demandé à Sam Bockarie de retourner au Libéria, plus précisément à Buutuo, dans le comté de Nimba. Après l'arrivée de Bockarie, on lui a dit qu'il devait capturer toutes les zones qui avaient été perdues : Bockarie a répondu que ce serait impossible. Le témoin a déclaré qu'il s'agissait d'une ruse à l'encontre de Sam Bockarie, car il était venu au Libéria avec près de sept camions d'hommes armés, ce qui était considéré comme un effectif important. Bockarie a reçu l'ordre d'emprunter un itinéraire spécifique pour se rendre à Tabou, en Côte d'Ivoire, afin de recevoir sa nouvelle affectation. Tous les soldats de l'ATU de Buutuo ont ensuite été conduits à Toweh Town, au domicile du vice-président. Il est ensuite entré dans la ville de Toweh avec quelques-uns de ses gardes du corps, et Yeaten a été informé de l'arrivée de Bockarie par un ancien chef suprême, [FNM-095]. Les soldats ont commencé à battre Bockarie, et Yeaten a dit« ne le battez pas, abattez-le». Après la mort de Sam Bockarie, les soldats ont reçu l'ordre d'emmener son corps en Côte d'Ivoire et de l'y laisser. Le témoin a expliqué qu'il était présent à Buutuo lorsque Sam Bockarie était arrivé, mais qu'il n'était pas présent lorsqu'il avait été emmené en Côte d'Ivoire. Il a précisé qu'il était également présent lorsque Sam Bockarie avait été battu et tué, suffisamment près pour voir ce qui se passait. Il a déclaré que de nombreux commandants étaient présents en plus de Benjamin Yeaten, y compris un commandant des forces spéciales appelé « God Father ».

La Défense a ensuite demandé au témoin s'il avait entendu parler d'une personne du nom de Gibril Massaquoi. Le témoin a répondu par l'affirmative, disant qu'il lui avait parlé deux fois. Il a précisé que la première fois qu'il avait vu Gibril Massaquoi, c'était dans un camp de l'USC à Kumgbo, à la frontière de la Sierra Leone et du Libéria, puis qu'il l'avait vu une deuxième fois à Fissiebu, dans le comté de Lofa. Le témoin a déclaré que Gibril Massaquoi n'était pas présent à la réunion où Sam Bockarie avait été tué, et qu'il n'était pas venu plus tard non plus car il se cachait parce que les autorités étaient en colère contre tout le groupe. La dernière fois que le témoin a rencontré Massaquoi, c'était à Fissiebu, après quoi il ne l'avait vu que dans une voiture. Il a ajouté qu'il n'avait pas vu Gabriel Massaquoi au domicile du Vice-président. 

L'Accusation interroge le témoin n°37

L'Accusation a poursuivi en demandant au témoin quand il avait vu Gabriel Massaquoi à Fissiebu. Le témoin avait vu Massaquoi dans le camp de l'USC en 2000, et en 2001 à Fissiebu. Il a précisé qu'ils avaient l'habitude de venir s'approvisionner sur la vieille route de Tarr Town en 2001 également. Le témoin s'est souvenu qu'ils avaient l'habitude de se rendre dans un bâtiment jaune situé entre la station-service de Kailondo et Nigeria House pour effectuer des transactions avec le Président. Il a ajouté qu'un conseiller du RUF originaire de Sierra Leone, du nom de Mark Lamin, était également impliqué dans ces transactions. Les marchandises étaient apportées depuis le manoir et étaient ensuite recouvertes d'une bâche, puis les hommes montaient dans une voiture le matin et se rendaient à Voinjama. Il a expliqué qu'ils transportaient principalement du carburant, des munitions et des cigarettes à Voinjama, et a précisé que ce transport avait pris fin après que les forces du LURD avaient perturbé la zone et les avaient empêchés de former une base appropriée. Lorsqu'on lui a demandé s'il savait en quoi consistaient les transactions avec le Président, le témoin a déclaré qu'il n'était pas là pour voir les livraisons, et a précisé qu'il avait entendu des gens dire que de l'or et des diamants étaient impliqués. 

L'Accusation a demandé si le témoin avait vu Massaquoi participer au transport de ce matériel. Le témoin a déclaré que, bien qu'il n'ait pas vu Massaquoi dans la cour lorsque le matériel avait été apporté ; lorsqu'ils s’étaient rencontrés à Fissiebu, une voiture y était venue pour apporter du matériel à Massaquoi. Il a ajouté qu'un commandant supérieur du nom de [FNM-130] était présent. Le témoin a également indiqué que Fissiebu était la frontière entre la Sierra Leone et le Libéria et qu'ils étaient chargés de repousser toute attaque survenant au-delà de Fissiebu. Il a conclu en déclarant qu'après la mort de Sam Bockarie, ils s’étaient cachés et n'avaient refait surface que lorsqu'ils avaient été appelés. 

Le témoin a été interrogé sur ses souvenirs de Massaquoi. Le témoin a déclaré que Massaquoi représentait le RUF et qu'il parlait l'anglais à la manière sierra-léonaise ou britannique, et qu'il parlait parfois mende. Il a précisé que Massaquoi était également appelé « Gabriel l’Ange » ou « Ange Gabriel », ce qui, selon lui, signifiait que lorsqu'il passait près d'une personne sans la tuer, elle était en sécurité. 

Lorsqu'on lui a demandé si Massaquoi commandait des soldats, le témoin a déclaré que Massaquoi «partout où il apparaissait, il avait la parole, car il faisait preuve d'autorité».

Le témoin a rappelé que Massaquoi était en contact direct avec le président Charles Taylor, de même que Sam Bockarie. Il a déclaré que Sam Bockarie avait un grade supérieur à Massaquoi, mais a précisé que lorsqu'ils voulaient quelque chose du Président, la demande était faite par Massaquoi. Le témoin a poursuivi en expliquant qu'en décembre 2000, les forces de l'ATU avaient perdu Voinjama et que, par conséquent, Massaquoi s'était rendu à Kailahun pour rassembler des forces supplémentaires afin d'envahir Voinjama. Une fois sur place, ils ont appelé les forces gouvernementales ; le témoin a précisé que Sam Bockarie n'était pas présent à ce moment-là. 

La Défense interroge le témoin n°37 à nouveau

La Défense a poursuivi en interrogeant le témoin sur Fissiebu, et sur l'année où il avait rencontré Massaquoi. Le témoin a expliqué que tout le monde était allé à Fissiebu au début de 2001, vers janvier ou février, après avoir perdu Voinjama en décembre 2000. La Défense a précisé que le témoin avait précédemment déclaré avoir vu Massaquoi à Fissiebu à la fin de 2001. Le témoin a répondu qu'il l'avait vu en 2001, au début de la saison des pluies. 

La Défense s'est ensuite concentrée sur Sam Bockarie et les événements liés à la Côte d'Ivoire. Le témoin a expliqué que la Côte d'Ivoire avait été attaquée, et qu'il n'avait pas vu Massaquoi pendant le conflit en Côte d'Ivoire. La Défense a précisé que le témoin avait précédemment déclaré que la Côte d'Ivoire avait été attaquée en 2002 et que le« chef Massaquoi» et Salami y avaient participé. Après avoir nié cette version des faits, il a réaffirmé que Sam Bockarie avait été envoyé là-bas en tant que commandant et qu'il n'avait pas vu Massaquoi prendre part à cette attaque. Il se souvient que les autorités étaient en colère contre Massaquoi à peu près au moment où Sam Bockarie avait été tué, et a ajouté que lorsque Sam Bockarie était mort, il n'avait pas vu Massaquoi sur les lieux.

(Une partie de la transcription d'une interview antérieure du témoin a été lue, dans laquelle il a déclaré que Sam Bockarie avait été invité à une réunion dans la maison du Vice-président à Nimba, et que Benjamin, le Vice-président et le chef Massaquoi étaient présents. Il a ajouté qu'en réalité, la raison principale de cette réunion était de tuer Sam Bockarie).

Le témoin a répété que les personnes présentes étaient [FNM-161], [FNM-095] et Benjamin Yeaten ; Massaquoi ne pouvait pas être présent car le RUF se cachait à ce moment-là. Il a ajouté que 700 soldats sierra-léonais avaient été tués à Sacleapea. Après qu'on lui ait demandé s'il avait déjà déclaré avoir vu Massaquoi après la mort de Sam Bockarie, le témoin a répondu que lorsque Bockarie avait été tué, il n'avait pas vu Massaquoi. Il a expliqué qu'il avait rencontré Massaquoi à la résidence du Vice-président et à Fissiebu, ajoutant qu'il avait l'habitude de voir Massaquoi dans la caravane. Le témoin s'est souvenu que Sam Bockarie avait été tué un jour de 2002. Il avait déclaré à la police finlandaise qu'il n'avait pas vu Massaquoi à cet endroit, car leur groupe était accusé de connivence.

La Défense a précisé que le témoin avait utilisé le nom « Ange Gabriel » lors de l'audience, alors qu’au cours des entretiens précédents, il ne s’était référé qu’à « Gabriel Massaquoi » et « Chef Massaquoi ». Le témoin a expliqué que le nom complet de l'homme était Gabriel Massaquoi, et qu'ils avaient simplement l'habitude de mettre « Chef » devant son nom. Il a poursuivi en expliquant qu’ « Ange Gabriel » était son nom de combat et que la police ne lui avait pas demandé de citer tous les noms de l'homme. Il a conclu en affirmant que la plupart des combattants avaient des noms différents, et a pris pour exemple le fait que la plupart des gens ne savaient pas que le nom du directeur de la sécurité spéciale « 50 » était Benjamin Yeaten.

(Un enregistrement a été diffusé décrivant le piège qui avait été tendu pour tuer Sam Bockarie. Dans l'enregistrement, le témoin a déclaré que le groupe comprenait le directeur et Massaquoi, et que le Vice-président était parti dans un village).

Après avoir déclaré qu'il ne se souvenait pas que Massaquoi était présent lorsque le piège avait été mis en place, un autre enregistrement a été diffusé.

(Dans cet enregistrement, le témoin décrit le chef Massaquoi arrivant avec des forces supplémentaires, et précise que le chef Salami et [FNM-161] étaient les principaux commandants à ce moment-là. Le témoin a déclaré qu'une attaque a ensuite été lancée contre la Côte d'Ivoire).

Après que la Défense ait précisé que l’entretien précédent du témoin donnait l'impression que Massaquoi avait pris part aux combats en Côte d'Ivoire, le témoin a répété que Massaquoi n'était pas présent. 

La Défense a ensuite interrogé le témoin sur la façon dont il a été impliqué dans le processus avec la police finlandaise. Il a déclaré qu'il avait été mis en contact avec la police après que [FNM-131] eut donné son numéro à [l'employé 1]. Après cela, on lui a dit que la police voulait le rencontrer, et il a été impliqué dans le processus. 

Audition du témoin n°38

(Identification assignée par le tribunal finlandais: Soldier 14)

L'Accusation interroge le témoin n°38

Le témoin a commencé en disant dire qu'il était le garde du corps spécial de [FNM-161], qui était le commandant régional de Lofa et avait été envoyé par Charles Taylor. [FNM-161] était un Libérien, et le témoin l'a accompagné à Lofa et à Monrovia. [FNM-161] n'a jamais eu de problèmes avec les civils dans cette région ; en revanche, de nombreux autres officiers ont eu des problèmes avec les civils chaque fois qu'ils venaient à Lofa. Le témoin a cité les noms de Sam Bockarie « Mosquito » (Moustique) Superman, Johnny Paul Koroma, Ange Gabriel et Sierra Leone Devil (Le Diable de la Sierra Leone). Selon le témoin, des civils avaient été tués par ces hommes ; ils avaient qualifié les civils de soldats de l'armée sierra-léonaise (SLA) et les avaient tués : ils avaient également tué des réfugiés. Le Procureur a ensuite interrogé le témoin sur ses rencontres avec l’Ange Gabriel. Le témoin a déclaré l'avoir rencontré à plusieurs reprises et le connaître personnellement. Il a rencontré l’Ange Gabriel à Yandohun, Kamatahun Hassala et Vahun. Le témoin a rencontré l’Ange Gabriel pour la première fois au début de l'année 2000 et a cessé à la fin de 2001. Il a décrit l’Ange Gabriel comme l'un des « grands hommes » qui apportaient des paquets à [FNM-161] pour qu'il les remette ensuite à Charles Taylor. Ils n'ont découvert que plus tard le contenu du paquet. Il s'agissait de diamants et d'or, qui étaient échangés contre des armes et des munitions. Les armes achetées ont été envoyées dans des villes du Liberia extrêmement proches de la Sierra Leone, «presque à l'intérieur de la Sierra Leone» : Kamatahun, Yandohun et Memolahun. Les armes ont été remises à la fois à Sam Bockarie et à l’Ange Gabriel ; cependant, c'est principalement l’Ange Gabriel qui les a reçues car il était le porte-parole du RUF. Il était également connu du témoin et d'autres Libériens sous le nom de « Maître du vendredi noir » car il avait l'habitude de tuer régulièrement le vendredi.

L’Ange Gabriel s'exprimait en anglais ou en mende. Il parlait mende lorsque le témoin l'a vu tuer [FNM-043]. [FNM-043] et [FNM-093] apportaient le paquet à l’Ange Gabriel. Selon le témoin, l’Ange Gabriel avait accusé [FNM-043] d'avoir modifié le contenu du paquet. C'est ainsi qu'ils ont découvert ce qu’il contenait. La Défense a ensuite demandé au témoin comment [FNM-043] appelait l’Ange Gabriel : il a dit qu'il l'appelait « Ngor Massaquoi », ce qui signifie « grand frère ».

L'Accusation a voulu savoir quand le témoin avait vu l’Ange Gabriel à Monrovia. Le témoin a déclaré que c'était en février 2001, lorsque l’Ange Gabriel avait livré un colis à Charles Taylor. Le témoin a décrit l’Ange Gabriel comme étant calme à chaque fois qu'il se rendait à Monrovia, venant parfois dans un cortège avec une escorte présidentielle. La dernière fois qu'il a rencontré l’Ange Gabriel, c'était en 2001 ; cependant, le témoin ne se souvenait pas du mois - il a ajouté que la dernière fois qu'il l'avait vu, c'était «presque la saison des pluies». Le témoin a poursuivi sa description en rappelant que c'était à peu près au moment où «ils ont dégagé la route de Voinjama» : à l'époque, les rebelles du LURD étaient basés à Voinjama.

Le témoin a rappelé qu'il avait été présent à de nombreuses reprises lorsque l’Ange Gabriel avait tué des gens le vendredi. Avec les autres soldats, il chuchotait : «le maître du vendredi noir est là». Le témoin a ensuite mentionné deux endroits importants où des meurtres avaient lieu : le premier était le camp de combat, et le second Kamatahun, où il avait amené des personnes de Nimhalhun pour les brûler. Le témoin a déclaré que c'était l’Ange Gabriel et Superman qui avaient brûlé les gens, ce qui avait eu pour conséquence de vexer [FNM-161].

Le témoin a déclaré qu'il n'était pas présent lorsque l’Ange Gabriel avait brûlé des personnes. Il était avec [FNM-161] à Golahun lorsque l’Ange Gabriel avait attrapé ces personnes : il les a enlevées d'une ville après qu'un « papay » de la ville ait rêvé qu'ils prenaient un médicament qui les empêchait d'être tués par un fusil. Le témoin et [FNM-161] en ont entendu parler lorsqu'ils avaient atteint Masambolahun. Lorsqu'ils sont arrivés à Kamatahun, l’Ange Gabriel avait déjà rassemblé les gens dans une maison, y compris les enfants, et avait mis le feu au bâtiment. Le témoin a indiqué que cela avait provoqué un désaccord entre les forces libériennes et les membres du RUF, car ces derniers étaient censés aider, au lieu de cruellement tuer les gens. Le témoin et [FNM-161] ont rencontré Mosquito (Moustique), en présence de l’Ange Gabriel.

Selon le témoin, [FNM-161] a confronté l’Ange Gabriel et lui a dit : «Vous tuez mon peuple, il faut que vous arrêtiez. » l’Ange Gabriel a ensuite qualifié les gens de « collaborateurs », puis a remis un paquet à [FNM-161]. De là, le témoin l'a accompagné jusqu'à Monrovia. Il a répété que l’Ange Gabriel était le commandant qui avait ordonné l'incendie et la personne contre laquelle [FNM-161] était en colère.

L'Accusation a ensuite demandé au témoin comment il s'était souvenu que c'était un vendredi. Il a expliqué qu'ils avaient rencontré des gens en train de prier dans la mosquée sur le chemin de Sosohalun, qu'ils étaient passés à côté d'eux et ne leur avaient rien fait. Le témoin s'est souvenu que c’était l'année 2001 mais n'a pas pu se rappeler du mois.

L'interrogatoire est ensuite passé à la police finlandaise. Le témoin a déclaré à l'Accusation qu'il se souvenait avoir discuté du même incident avec la police l'année précédente. Un jour, alors qu'il travaillait, [l'employé 1] l'avait appelé et lui avait dit que [FNM-132] leur avait parlé et leur avait dit que le témoin était au courant des transactions entre le RUF et les soldats gouvernementaux. [L’employé 1] a ajouté que la police finlandaise voulait lui parler. Il s’est alors organisé avec [l'employé 1], et lorsqu'il est arrivé à l'endroit précis, [l'employé 1] l'a présenté à la police finlandaise. Le témoin a déclaré qu'il n'avait pas vu [l’employé 1] depuis lors, mais que la police l'avait appelé deux fois. Le témoin a répété que c'était [FNM-132], avec qui il avait combattu pendant la guerre, qui avait donné son nom à [l'employé 1]. 

Enfin, le témoin a déclaré au Procureur qu'à l'exception de la police finlandaise, personne d'autre n'était au courant en raison de sa peur d'être arrêté. 

La Défense interroge le témoin n°38

La Défense a commencé par interroger le témoin sur [l'employé 1]. Le témoin a déclaré que c'était [l'employé 1] qui l'avait dirigé vers le lieu de la réunion, mais qu'il ne l'avait pas vu. Le témoin a déclaré avoir rencontré un homme et une femme d'une organisation d'aide aux victimes et aux témoins. Il leur a parlé sur place : ils l'ont encouragé à dire la vérité et lui ont dit de ne pas s'inquiéter, mais ils ont évité de manger avec lui.

L'interrogatoire a ensuite porté sur l'incident de Kamatahun Hassala. Le témoin a déclaré que l'une des raisons pour lesquelles des personnes étaient tuées était le RUF : ils capturaient des civils et les accusaient d'être des soldats du SLA, puis les tuaient au camp de combat. Il a également réexpliqué que certaines personnes à Kamatahun Hassala avaient été incendiées parce que quelqu'un avait rêvé qu'elles avaient pris un médicament les empêchant d'être tuées par une arme à feu.

La Défense a demandé au témoin s'il avait parlé à la police de l'incident de Kamatahun Hassala. Le témoin a expliqué qu'il avait parlé à la police des meurtres qui s'y étaient produits, notamment au camp de combat. Il a également ajouté qu'il pensait avoir parlé à la police du fait que des personnes avaient été brûlées dans la maison, mais qu'il ne s'en souvenait plus. La Défense a déclaré que le témoin avait dit à la police qu'il y avait eu un massacre, mais qu'il n'était pas présent : selon le résumé, le témoin a décrit des corps égorgés, d'autres découpés en morceaux, d'autres blessés par balle. Le témoin a expliqué que ces choses s’étaient produites, et que même s'il n’avait pas dit à la police que les gens avaient été brûlés, cela s’était quand même produit. 

Le témoin a expliqué que ce qui s'était passé à Kamatahun Hassala n'était pas un événement isolé : des meurtres ont été commis de manière continue jusqu'à la fin de la guerre. A la suite de l’insistance de la Défense sur les incohérences, le témoin a répondu que s'ils vérifiaient le résumé de la police, ils verraient qu'il avait mentionné les incendies. La Défense a rétorqué que le témoin avait mentionné des lieux en rapport avec l’Ange Gabriel mais pas Kamatahun Hassala : il a répondu qu'il venait de s'en souvenir et qu'il avait décidé de le dire, rappelant qu’il était un «homme soldat ».".

La Défense est revenue sur l’Ange Gabriel et l’incendie de personnes au camp de combat. Le témoin a expliqué que l’Ange Gabriel « avait l'habitude de tuer des gens et de frotter le sang sur son juju ». La Défense a fait référence au résumé de la police et a déclaré que le témoin avait mentionné des maisons incendiées pendant les nuits froides, mais c’était au camp de combat qu’ils avaient mis des gens dans une maison et les avaient brûlés. Le témoin a expliqué ses propos en disant que les incendies ne se produisaient pas seulement dans le camp de combat mais aussi à Kamatahun. Il s'en est souvenu en raison de la question posée par le Procureur plus tôt à l'audience. Le témoin a également déclaré à la Défense que, bien qu'il ne se souvienne pas du jour où ils avaient brûlé des gens à Kamatahun Hassala, il se rappelait avoir dit qu'il y avait des meurtres à Kamatahun où Superman et Bockarie égorgeaient les gens. 

La Défense a demandé des éclaircissements sur la dernière fois que le témoin avait vu l’Ange Gabriel : selon le résumé, c'était sur une montagne à Lisco en 2002, où des généraux s'étaient réunis pour attaquer Foya et Voinjama. Le témoin a reconnu que cela s'était produit en 2002, mais que la dernière fois qu'il avait eu un contact avec le « chef Ange Gabriel » était en 2001. Il a également déclaré que l’Ange Gabriel n'était pas avec lui lorsqu'il avait été transporté en hélicoptère et qu'il ne savait pas où il se trouvait. Il ne se souvenait pas d'avoir dit à la police s'il avait vu l’Ange Gabriel à cet endroit. Le témoin ne se souvenait pas non plus avoir dit à la police s'il avait vu l’Ange Gabriel. Il a déclaré que les personnes présentes étaient des « personnes haut placées ». Il a ajouté que [FNM-161] avait été tué en 2002, lorsque Sam Bockarie avait été emmené en Côte d'Ivoire avec des hommes du RUF. 

La Défense a ensuite interrogé le témoin sur la période de meurtres la plus intense de la guerre. Il a expliqué que c'était lorsque Charles Taylor avait déclaré que quiconque était vu à Lofa était un rebelle, quelques mois après les batailles de Voinjama. La Défense a de nouveau fait référence au résumé de la police et a déclaré que le témoin avait affirmé qu'il avait souvent entendu l’Ange Gabriel donner l'ordre de tuer des gens, et qu'il l'avait vu tuer, en particulier entre 2002 et 2003. Le témoin a répété que les meurtres étaient continus et que le RUF avait l'habitude d'attraper des réfugiés sierra-léonais et de les qualifier de membres de SLA. Le témoin a ensuite expliqué la déclaration de Charles Taylor concernant les habitants de Lofa, «laissez-moi vous faire comprendre». Il a précisé que les rebelles du LURD étaient arrivés en premier et qu'ils avaient un chef qu'ils avaient l'habitude d'appeler « Mosquito Spray ». Le témoin a poursuivi en expliquant que la première fois que le LURD était venu, ils étaient restés une semaine et étaient repartis. La deuxième fois qu'ils sont arrivés, ils sont restés trois mois. Pendant ces trois mois, le LURD a pris le contrôle de Voinjama, Kolahun, Foya, Zorzor et Salayea. Les forces gouvernementales ont fini par les combattre et les déloger. Le LURD a fini par s'enfuir en Guinée, et, selon le témoin, Charles Taylor leur a dit de les poursuivre, et c'est ainsi qu'ils sont entrés en Guinée, où ils ont passé un certain temps. 

La Défense a voulu savoir si l’Ange Gabriel était le seul homme à qui Charles Taylor parlait directement, et le témoin a répondu par l'affirmative : il a également ajouté que [FNM-161] et Sam Bockarie avaient des contacts directs avec Taylor. Cependant, Taylor les rencontrait toujours avec quelqu'un d'autre. 

L'audience s'est terminée et reprendra le 29 mars à Monrovia, au Libéria.

Laisser un commentaire