Mohammed Jabbateh

Éléments clés

FactionULIMO
NationalitéLibérien
Période d'activitéPremière guerre civile libérienne
Acte d'accusationFraude à l'immigration
StatutEn prison

En avril 2016, Mohammed Jabbateh, alias Jungle Jabbah, a été arrêté en Pennsylvanie, aux États-Unis. Le 2 octobre 2017, l'affaire de fraude à l'immigration du gouvernement américain contre ce citoyen libérien, résident de Pennsylvanie et criminel de guerre présumé a débuté à Philadelphie. Jabbateh a été accusé de deux chefs d'accusation de fraude aux documents d'immigration et de deux chefs d'accusation de parjure pour avoir menti aux autorités sur ses activités en temps de guerre. Il était commandant de l'ULIMO, puis plus tard de la scission post-factionnelle de l'ULIMO-K, pendant la première guerre civile libérienne. Il est responsable d'avoir commandé des crimes de guerre atroces, notamment des meurtres, la conscription d'enfants soldats et le cannibalisme. 

Un jury américain a reconnu Jabbateh coupable le 18 octobre 2017. Le 19 avril 2018, Jabbateh a été condamné à 30 ans de prison, la peine maximale pour les crimes dont il était accusé.Cette sentence est également l'une des plus longues peines pour fraude à l'immigration de l'histoire des États-Unis. 

Civitas Maxima et le Global Justice and Research Project ont collaboré avec les autorités américaines sur l'enquête depuis 2014.

Ce procès était le tout premier procès contre un commandant d'ULIMO et la première fois que des victimes témoignaient dans un procès pénal sur des crimes commis pendant la première guerre civile libérienne.

Le 8 septembre 2020, la Cour d'appel des États-Unis pour le troisième circuit à Philadelphie a rejeté l'appel de Mohammed Jabbateh, confirmant sa condamnation et sa peine de 30 ans de prison.

La décision de la Cour d'appel décrit les actions de Jabbateh comme ayant été menées"avec une cruauté effroyable", et déclare que :"Les horreurs racontées au procès, qui ne sont que partiellement reprises ici, sont indescriptiblement tragiques""Personne, y compris dans le jury qui a examiné impartialement la montagne de preuves rassemblées contre Jabbateh, ne peut considérer sa conduite comme autrement que monstrueuse"».