Martina Johnson est un ancien commandant d’artillerie du National Patriotic Front of Liberia (NPFL). Accusée d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité pendant la première guerre civile libérienne, elle a été arrêtée en 2014. Son arrestation a eu lieu en Belgique, pays où elle résidait depuis 2003.

C'était la toute première fois qu'un auteur présumé de crimes de guerre libérien est inculpé pour des crimes de droit international commis au Libéria pendant la première guerre civile.

Les victimes libériennes accusent Martina Johnson d'avoir participé directement à des mutilations et à des massacres à la fin de 1992. Ces crimes auraient été commis pendant l'"Opération Octopus", une tristement célèbre offensive militaire du NPFL pour prendre la capitale, Monrovia.

Elle a été mise en liberté conditionnelle peu après son arrestation. Les autorités belges doivent encore enquêter sur le terrain.

FactionNPFL
NationalitéLibérien
Période d'activité Première guerre civile libérienne
Acte d'accusationCrimes de guerre et crimes contre l'humanité
StatutLibération sous condition