Combiner le théâtre avec la sensibilisation aux procédures judiciaires contre des criminels de guerre libériens présumés

Le réalisateur Nicolás Braguinsky Cascini a suivi l'équipe et produit un court documentaire présentant le projet. Le documentaire comporte de rares témoignages de chefs traditionnels, des interviews avec les acteurs de la troupe Flomo et des plans incroyables de ce pays magnifique qu’est le Libéria.

Civitas Maxima s'est toujours distinguée par des projets artistiques originaux que nous cofinançons et sur lesquels nous travaillons en partenariat avec des organisations locales. Ces projets impliquent les populations locales dans des débats sur l’impunité et la justice. Dans le cadre de la campagneJustice in Action”.

"Justice in Action" était un projet de théâtre participatif, entrepris en partenariat avec Flomo Theatre Inc"Justice in Action" était un projet de théâtre participatif, entrepris en partenariat avec Flomo Theatre Inc., basé sur un spectacle itinérant, des lectures publiques et la mise en scène de procès simulés joués par des acteurs du Flomo Theatre avec la participation d’étudiants de Monrovia. Le projet a débuté en 2017 et s'est poursuivi pendant trois ans. En 2019, les acteurs du Théâtre Flomo, accompagnés de membres de l’équipe de Civitas Maxima et d'autres partenaires locaux, se sont lancés dans une tournée à travers le Liberia rural pour partager la nouvelle du procès de Mohammed Jabbatehalias « Jungle Jabbah », un ancien commandant de l’ULIMO (une faction rebelle de la première guerre civile libérienne). Jabbateh a été condamné aux États-Unis pour fraude en matière d’immigration : il avait caché aux autorités américaines son implication dans le conflit.

Le projet "Justice en action" n'avait pas seulement pour but de faire la lumière sur les poursuites pénales engagées à l'étranger : il impliquait également le personnel de Civitas Maxima et nos partenaires locaux, qui ont participé à la tournée afin d’écouter, de comprendre et d’impliquer les communautés rurales de l’intérieur du Libéria. Avec ce projet, Civitas Maxima visait bien plus que la simple diffusion d'informations sur le procès de Jungle Jabbah : nous voulions inclure les Libériens des communautés reculées et loin de la capitale dans une discussion plus large sur la justice, l'impunité et le traitement du passé.

À ce jour, les responsables des atrocités commises pendant les guerres civiles n'ont pas été tenus responsables au Libéria. Pourtant, la Commission de Vérité et Réconciliation (TRC) libérienne a explicitement demandé au gouvernement d'établir un tribunal pour juger les crimes de guerre quand elle a rendu son rapport final en 2009. Des auteurs présumés de crimes de guerre occupent toujours des postes importants dans le pays, et de nombreuses fausses informations - souvent fallacieuses - entourent le débat sur la question d'un potentiel tribunal pour juger les crimes de guerre au Libéria. Il est donc primordial de fournir des informations fiables et un espace de dialogue honnête sur l'impunité, la justice et la responsabilité.

Au total, 15 villes dans six comtés différents ont été visitées pour cette tournée. Toutes ces villes avaient été la scène d’épisodes de violence extrême perpétrés par des groupes armés de toutes les factions, qui ont pillé et dévasté ces communautés pendant les guerres civiles.

Les villes visitées par l’équipe