Michel Deseadeleer, citoyen américain et belge, a été arrêté en septembre 2015 à Malaga, en Espagne, suite à l'émission d'un mandat d'arrêt européen contre lui. Il a ensuite été transféré en Belgique où il a été inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, étant accusé d'avoir participé avec Charles Taylor et les rebelles du RUF en Sierra Leone au commerce des "diamants du sang".

Quatre ans plus tôt, en janvier 2011, une plainte pénale avait été déposée contre M. Desaedeleer, qui résidait alors aux États-Unis, par plusieurs citoyens de la Sierra Leone réduits en esclavage pendant la guerre civile. Ils étaient représentés par l'avocat belge Luc Walleyn. C’est cette plainte qui a mené à l’arrestation de M.Desaedeleer.

C'est la toute première fois qu'une personne est arrêtée et inculpée pour participation au commerce des diamants du sang, qualifié de crime de guerre - pillage - et de crime contre l'humanité - travail forcé.

Desaedeleer est décédé le 28 septembre 2016 alors qu’il était en détention en Belgique, quelques mois avant le début de son procès.

Civitas Maxima et le Center for Accountability and Rule of Law (CARL) à Freetown ont travaillé en partenariat et ont documenté pendant plusieurs années les récits de personnes réduites en esclavage par le Front révolutionnaire uni (RUF) dans les mines de diamants de Kono (province orientale du Sierra Leone). Ces crimes avaient lieu dans le cadre du tristement célèbre commerce des "diamants du sang".

Éléments clés

RoleBusinessman involved in the blood diamond trade with the RUF
NationalitéÉtats-Unis et Belgique
Période d'activité Guerre civile sierraléonaise
Acte d'accusationCrimes de guerre et crimes contre l'humanité
StatutDécédé en détention dans l'attente de son procès

Ressources